"Automne", Alcools, Guillaume Apollinaire

Publié le par VincentdeParis

Dans le brouillard s’en vont un paysan cagneux
Et son boeuf lentement dans le brouillard d’automne
Qui cache les hameaux pauvres et vergogneux

 

Et s’en allant là-bas le paysan chantonne
Une chanson d’amour et d’infidélité
Qui parle d’une bague et d’un coeur que l’on brise

 

Oh! l’automne l’automne a fait mourir l’été
Dans le brouillard s’en vont deux silhouettes grises

Publié dans Poèmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article