"Prière 14, 23-25", Saint Grégoire de Nazianze

Publié le par vincent.paris.over-blog.fr

 san_rocco_tintoret_tentation_du_christ.jpg

La Tentation du Christ, Le Tintoret




















Si, après le baptême, le persécuteur, le tentateur de la lumière t'attaque - et il t'attaquera, car il a attaqué le Verbe, mon Dieu, grâce à l'enveloppe de la chair ; il a attaqué la lumière cachée, grâce à ce qui apparaissait - , tu as le moyen de vaincre, ne crains pas la lutte. Oppose-lui l'eau, oppose-lui l'Esprit par lequel tous les traits enflammés lancés par le Malin sont éteints. C'est un esprit mais il fait fondre les montagnes ; c'est de l'eau mais elle éteint le feu. S'il t'attaque à cause de ton indigence - car il a osé le faire à l'égard du Christ - , et s'il cherche à obtenir que les pierres deviennent des pains en te représentant que tu as faim, ne méconnais pas ses pensées.


Enseigne-lui ce qu'il n'a pas appris, oppose-lui la parole de vie qui est le pain envoyé du ciel et donnant la vie au monde. S'il te tend un piège par la vanité - car il agit de la sorte avec le Christ en le faisant monter sur le pinacle du Temple et en lui disant : Jette-toi en bas pour faire montre de ta divinité - , ne va pas te précipiter en bas en voulant t'élever. Si cette attitude triomphe de lui, il ne s'en tiendra pas là ; il est insatiable, il s'attaque à tout, il flatte avec le bien, mais il finit par le mal : c'est sa méthode de combat.


Mais, de plus, il a la pratique des Écritures, le brigand ; de là, le mot : Il est écrit à propos du pain ; de là aussi le mot Il est écrit à propos des anges : Car il est écrit, dit-il, qu'il donnera des ordres à ses anges à ton sujet, et sur leurs mains ils te soulèveront. Imposteur habile à mal faire, pourquoi as-tu escamoté la suite du texte ? Je le comprends tout à fait, quoique tu n'en dises rien : c'est parce que je monterai sur toi, l'aspic et le basilic, et marcherai sur les serpents et les scorpions, protégé par le rempart de la Trinité. S'il engage la lutte contre toi grâce à la cupidité, te montrant en un instant et d'un coup d'œil tous les royaumes qui, soi-disant, lui appartiennent, et exigeant de toi l'adoration, méprise-le : il est pauvre.


Dis-lui, confiant dans le sceau de ton baptême : "Je suis, moi aussi, l'image de Dieu ; je n'ai pas encore été déchu, comme toi, de la gloire d'en-haut en voulant m'élever ; j'ai été revêtu du Christ, je me suis approprié le Christ par le baptême, c'est à toi de m'adorer". Il s'éloignera, je le sais clairement, vaincu et couvert de confusion par ces paroles ; de même qu'il s'est éloigné du Christ, première lumière, de même laissera-t-il ceux qui ont été illuminés par lui. Tels sont les bienfaits que le bain de la nouvelle naissance accorde à ceux qui l'ont compris ; tel est le festin qu'il propose à ceux qui ont une noble faim.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article